Quelle place prend le bio en France?

Quelle place prend le bio en France?

En 2018, 16% des français consomment bio régulièrement et ¾ au moins une fois par mois. Le désir de la population de bien manger et surtout sainement est bien présent. Cependant, comment la France arrive-t-elle à répondre à cette demande ?

Bio ou bio?

Le bio désigne un produit naturel,  aliment, ou denrée issus de l’agriculture biologique*. Dans la méthode de production et d’artisanat, aucune substance chimique ou phytosanitaires* est utilisée dans le processus. Elle est reconnue comme une agriculture à part entière (Apparition dans le Codex Alimentarius*). Le bio consacre une grande part au recyclage et à l’utilisation d’autres éléments naturels tel que le compost pour les cultures.

Le bio regroupe certaines catégories d’aliments, comme les fruits et légumes de saison, la viande, le lait, le chocolat, … Ou des produits divers. Il s’agit ici de la lessive, de vêtements ou même de produits cosmétiques (crème, savon…). Il propose donc une grande gamme et s’étend dans tous les domaines, mais se situe principalement dans l’agriculture.

Evidemment, le fait de manger bio nous permet d’être en meilleure santé (apport mélioratif de vitamines, fer, oméga 3…) et de se prémunir contre des maladies occasionnées par les pesticides entre autres. Acheter bio est un geste pour protéger la biodiversité (sol et nappe phréatique) car il contribue au bien-être de tous les animaux (Élevage et sauvage confondus) et suit un cahier des charges précis avec un contrôle récurrent des cultures.

Pour reconnaître un produit bio, il s’agit de savoir repérer deux logos principaux : celui du label Agriculture biologique et celui du label bio européen. Pour être labellisé, il faut passer parmi des organismes de certifications respectant les règles françaises en vigueur et dans lesquelles les pouvoirs publics ont confiance. Il s’agit d’Agrocert, Ecocert SA, Qualité France ou du Bureau Veritas Certification. L’agriculteur se fera évaluer régulièrement pendant une durée déterminée : 2 à 3 ans pour les cultures et 6 semaines à 1 an pour les élevages. Durant ce laps de temps, les évaluateurs l’autoriseront à afficher au bout de 2 ans la mention : “En conversion vers l’agriculture biologique.” Cette certification s’applique aussi aux grossistes*, épiceries et restaurateurs, même si la procédure est plus compliquée. Le logo garanti que le produit est composé d’au moins 95 % d’ingrédients issus d’un mode de production biologique avec une absence totale d’OGM*. Des traitements sont cependant autorisés, d’où l’intérêt de se référer aux listes que proposent ces institutions. Ici, vous pouvez retrouver celle de l’ITAB et de l’APREL.

La production bio française

Les régions françaises arrivent à se démarquer. Si on fait le point sur les surfaces agricoles et sur la production de bio, on remarque que l’Occitanie possède 8.164 fermes bio (chiffre 2018). Elle bien loin devant l’Auvergne Rhône-Alpes et de la nouvelle Aquitaine. La région PACA, quant à elle, est 4ème avec 3.235 producteurs.

Avant le 1er Janvier 2018, 36.664 producteurs, outre-mer compris, se sont lancés dans la filiale du bio. Ce chiffre est toujours en augmentation puisque c’est 4.400 producteurs en plus depuis 2017. 17.276 transformateurs (Boulangerie, traiteur) et distributeurs (épicerie et GMS) de produits se sont implantés dans les régions. Ce qui amène à un total de 53.940 acteurs du bio en France, sans compter les consommateurs (D’après l’Agence Bio).

Etant donné qu’on peut tout cultiver en agriculture biologique, aucun aliment n’est mis de côté. Les légumes, le vin et les fruits sont ceux qui trônent sur le podium, suivi des viandes bovines et du lait. Toutes les filières agricoles sont cependant en nette augmentation. 59% des français consomment régulièrement des fruits et des légumes de saison et 52% préfèrent déguster des produits laitiers bio tel que des yaourts ou du fromage.

Ce fait a entraîné une modification des habitudes de consommation : on repère que les français achètent local, selon la saison, tout en évitant de prendre des produits emballés à l’excès pour une meilleure réduction des déchets.

« 59% des français consomment principalement des fruits et légumes de saison bio »

Une certaine autarcie

Nous pouvons nous interroger sur ce que les français achètent le plus et d’où viennent ces produits. Il est intéressant de noter que 71% des produits bio consommés en France proviennent de notre pays. 1% seulement des vins et autres boissons alcoolisées sont importés, tandis que les œufs bios sont essentiellement français et ne viennent pas de l’extérieur (100%). Au niveau des fruits et des légumes, il est toujours un peu plus compliqué de s’en procurer puisque nous n’avons pas le climat pour faire pousser des fruits exotiques, à part dans les départements d’outre-mer. 20% des légumes bio sont importés, alors que la part des fruits est de 43%. Nous avons un peu plus de chance de tomber sur des fruits bio importés que des fruits français et locaux.

Les retombées économiques

La France est la 3ème surface bio d’Europe, mais la deuxième derrière l’Allemagne au niveau du marché européen.

Elle importe tout en exportant aussi vers l’Union Européenne ou d’autres pays. En 2016, l’exportation de produits bio, principalement le vin, a rapporté 629 millions d’euros. La consommation de bio passera sous peu la barre des 8 milliards, si ce n’est pas déjà le cas en 2018. La France s’impose comme le troisième marché mondial du bio avec ce chiffre, derrière les Etats-Unis et l’Allemagne. Il s’agit ici d’un facteur de croissance alimentaire majeur, et une filiale à exploiter encore plus. Il reste toujours le moyen de vente à définir soit comment rester compétitifs en interne.

“ En 2018, le marché des produits alimentaires biologiques dépasserait 8 milliards d’euros en France”

Dans l’hexagone, la vente bio a rapporté 6.736 millions d’euros (2016). Dans les modes de vente, on retrouve les GMS (Grandes Moyennes Surfaces), la distribution spécialisée et les ventes directes. Les GMS sont de plus en plus demandeuses de ce type de produits même si elles les proposent à des prix plus haut que la moyenne selon certaines enseignes. La distribution spécialisée est préférée aux deux autres. Elle regroupe tous les magasins ou surfaces consacrées uniquement à un seul type de produits, en l’occurrence ici le bio. Mais ces enseignes ne peuvent vendre que des légumes, du savon bio etc… Au niveau des ventes directes à présent, elles ont représenté 13% du chiffre d’affaire de ventes en 2016. Ce chiffre croît de manière lente en raisons des aléas météorologiques ou de la méconnaissance du public pour certaines structures fermières.

On peut entrer ceci en corrélation avec le souhait important des français qui aimeraient acheter bio de façon plus locale, et surtout retrouver encore plus de produits de ce type chez leurs commerçants. La France se doit de saisir l’opportunité qu’elle possède dans l’avenir de l’agriculture biologique, tout en encourageant ses producteurs qui risque de ne pas résister à l’assaut des grandes entreprises ou des concurrents extérieurs.

* (Lexique)

Source : Agence Bio, Bio Provence


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.